• Le Bonheur est le but d'une vie, dit-on. Et si tu as pris ce livre, lectrice, lecteur, c'est soit que tu es heureux(se) et que tu as l'esprit à fêter ton Bonheur, soit que tu n'es (toujours) pas heureux(se) et que tu le cherches encore.
    À contre-courant des injonctions sociétales, Célébrations du Bonheur est un ouvrage de philo où être heureux devient affaire de volonté, non de libido. Réussissant la prouesse de délivrer une sagesse érudite dans un style simple et accessible à tous, il t'offre, en moins de 200 pages, les pistes essentielles pour trouver le Bonheur - peu importe le carrefour où tu te situes - et sans jamais avoir à le chercher.
    En cette époque qui semble privilégier le Malheur, les réponses à ta quête de sens et de liberté ne se trouvent pas forcément là où tu crois. En réalité, elles sont beaucoup plus près de toi que tu ne l'imagines.
    Ce livre est l'outil indispensable pour te permettre de reprendre le pouvoir sur ta vie et te condamner, quelles que soient les circonstances, au Bonheur à perpétuité.

  • Et si ce dont nous avions le plus besoin était la gentillesse ?
    Malheureusement cette vertu est discréditée. Née dans la noblesse romaine, dénigrée dans le christianisme, réhabilitée à la Renaissance, elle s'étiole comme une fleur fanée dans la démocratie marchande.
    Emmanuel Jaffelin démonte les rouages de cette histoire contrariée, montre pourquoi, entre sagesse et sainteté, la gentillesse offre aux hommes une nouvelle manière de s'épanouir dans l'entreprise. En pratiquant la bienveillance au travail, les dirigeants gagnent en humanité et crédibilité et les salariés deviennent plus efficaces. Au delà de la richesse économique, cette bienveillance dans l'entreprise se propage dans les autres aspects de l'existence et produit une richesse morale, spirituelle et psychologique.

  • Emmanuel JAFFELIN enseigne au lycée Lakanal de Sceaux. Il a animé de 2011 à 2013 un atelier de philosophie avec les détenus de longue peine au Quartier Maison Centrale de la prison de Sequedin et intervient désormais en entreprise pour faire entrer la gentillesse dans les Ressources humaines.

    Et si ce dont nous avions le plus besoin était la gentillesse ! Malheureusement cette vertu est discréditée. Née dans la noblesse romaine, dénigrée dans le christianisme, réhabilitée à la Renaissance, elle s'étiole comme une fleur fanée dans la démocratie marchande. Emmanuel Jaffelin démonte les rouages de cette histoire contrariée, montre pourquoi, entre sagesse et sainteté, la gentillesse offre aux hommes une nouvelle manière de s'épanouir au quotidien, et comment elle permet de changer notre rapport aux autres.

  • L'auteur montre que la gentillesse n'a pas dit son dernier mot, et qu'elle est une vertu d'avenir. Une version courte de«Eloge de la gentillesse»du même auteur.

  • Apologie de la punition

    Emmanuel Jaffelin

    • Plon
    • 6 Février 2014

    La punition a mauvaise presse. Au fil des décennies, la gifle, la fessée et les heures de colle sont devenues « politiquement incorrectes ». Faisant de la prison l'absolu de la sanction pénale et démocratique, notre justice refuse de penser la punition, se contentant de soustraire le condamné au regard des hommes sans jamais lui demander réparation.
    Ne pas punir serait ainsi la marque des intelligences supérieures et le signe d'une rationalité moderne. Et si ce n'était pas le cas ? Et si la punition avait encore son mot à dire aux maux qui naissent et naîtront toujours dans la famille, à l'école et dans la société en général ? Et si, après avoir neutralisé la vengeance, la punition rendait possible la réconciliation des personnes ?
    Repenser la punition pour sortir de la victimité et entrer dans une culture de la responsabilité et du pardon : tels sont les enjeux de ce livre.

  • Le management de demain n'est-il pas celui de la gentillesse, qui restaure la notion d'humanit dans l'entreprise ? Car l'entreprise qui russit est-elle ncessairement celle qui prssurise ses employs ?
    La rcente interpellation par Elise Lucet dans Cash Investigation de Jean-Pierre Remy, le PDG des PagesJaunes, au sujet de la pression subie par les salaris du groupe, viendrait plutt renforcer l'ide qu'une entreprise "mchante", au management la dure, finit toujours par se prendre les pieds dans le tapis. Par ailleurs, nombreuses sont les tudes rcentes prouvant que des salaris heureux, panouis dans leur environnement professionnel, sont plus productifs, et ainsi rendent au centuple leur entreprise ce qu'ils reoivent d'elle. De la mme manire que l'entrepreneur fait finalement don de lui-mme la socit (en crant de la richesse, des emplois, etc.), le manager peut tre considr comme un gentleman : en crant les conditions pour que l'entreprise se dveloppe telle une cellule (fonctionnement biologique, versus la vision mcaniste qui assimilerait l'entreprise une horloge dont on remonte les rouages), il permet aux autres de grandir leur manire, dans leurs fonctions comme dans leur crativit, et ainsi de participer l'panouissement de l'entreprise, et plus loin de la socit elle-mme. Car la gentillesse n'est pas une faiblesse, comme tend nous le faire croire la socit postmoderne : elle est plutt un symptme de la noblesse de l'esprit. Emmanuel Jaffelin applique l'entreprise la pense philosophique dveloppe dans son Petit Eloge de la gentillesse, introduisant la notion d'un manager gentilhomme et l'coute de ses salaris pour une meilleure sant tant psychologique qu'conomique de l'entreprise !

  • L'athéisme est chic : nous avons passé l'âge de croire au paradis. Allons plus loin : celui qui s'abaisse à croire à ces fadaises ne se condamne-t-il pas à être un fada ou un crétin ? N'y a-t-il pas un défaut d'intelligence et de connaissance dans le fait d'adhérer à toutes ces choses que la religion a placées dans la tête des hommes ? On a beau être désespéré ou avoir peur, on ne se rassure pas avec un tissu de sornettes ! Désormais, la science est là qui nous dit de quoi nous sommes faits et de quel bois nous devons nous chauffer. L'humanité est adulte, ce qui signifie que nous ne devons plus aduler ni Dieu ni Maître.
    /> Nous avons ainsi franchi une étape qui fait de nous des hommes de savoir, non des croyants. Mais si nous n'allons pas au Paradis, à quoi bon vivre et pourquoi avonsnous vécu ? Quel est le sens d'une vie qui débouche sur le néant ? Que deviennent mes atomes après ma mort? Après moi, estce le déluge ou le début d'un je-ne-sais-quoipresque- rien qui ressemblerait à une autre

  • Pourquoi, lorsque vient l'heure de la retraite, l'immense majorité des salariés se sentent-ils si seuls ? Parce que le monde du travail tisse des liens en même temps qu'il produit de la richesse.
    L'entreprise n'est pas un trou noir tirant l'humanité vers le bas, mais au contraire une voie par laquelle l'humanité peut s'élever. Platon recourt à l'image du tisserand pour expliquer le rôle de l'homme politique ; n'est-ce pas là aussi et surtout le rôle de l'entrepreneur et de tout salarié, qui tissent du relationnel en travaillant, à l'instar des abeilles qui pollinisent un territoire en rapportant leur butin à la ruche ?
    L'auteur, philosophe, montre que l'on peut - que l'on doit - penser autrement, gentiment, la relation humaine dans l'entreprise, et valoriser sa capacité à coudre le corps social. Car l'entreprise doit nous anoblir, pas nous avilir.

  • Vous voyez dans la gentillesse une faiblesse, tout en sentant qu'elle bâtit des forteresses ? Vous êtes gentil et avez du mal à l'assumer, vous sentant instrumentalisé ? L'avenir vous préoccupe alors vous souhaitez « briser la glace » pour réchauffer le monde ? Ces 64 pages sont faites pour vous : l'idée de ce petit cahier est de donner aux impétrants un élan pour s'y lancer et aux pratiquants un allant pour s'y perpétuer. Relevez le défi des exercices proposés par Emmanuel Jaffelin et redonnez à la gentillesse ses lettres de noblesse !

empty