Rencontre avec Alexandre Najjar

Jeudi 18 octobre, nous avons eu le grand plaisir de recevoir Alexandre Najjar pour son roman "Harry et Franz" publié chez Plon.
Ce texte est celui de la rencontre entre Franz Stock et Harry Baur, dans une prison à Paris en 1942.
Le premier est aumônier allemand qui apporte toute l'aide qu'il peut aux prisonniers français, incarcérés le plus souvent pour des pseudo-crimes idéologiques ou bien simplement du fait de leurs origines supposées.
Le second est un des plus grands acteurs français de la première partie du XXème siècle.

Deux êtres d’exception, à la fois opposés et complices. Un hymne à la paix et à la fraternité à une époque où l’extrémisme, l'obscurantisme et l’arbitraire tenaient lieu de droit.
  • Harry et Franz

    Alexandre Najjar

    • Plon
    • 30 Août 2018

    " - Dans notre travail, monsieur l'abbé, nous nous appuyons tout d'abord sur la rumeur, en partant du principe qu'il n'y a pas de fumée sans feu, puis nous l'étayons par des éléments de preuve réunis par nos soins.
    - Et que dit la rumeur dans le cas de Baur ?
    - Harry Baur a interprété des rôles de juifs dans plusieurs films, ce qui n'est pas anodin." Harry et Franz est le roman d'une rencontre inattendue entre l'un des plus grands acteurs français de l'entre-deux-guerres, Harry Baur, incarcéré et torturé par les nazis, et un aumônier allemand, l'abbé Franz Stock, qui assistait avec abnégation les prisonniers français.

    Deux êtres d'exception, à la fois opposés et complices. Un hymne à la paix et à la fraternité à une époque où l'extrémisme, l'obscurantisme et l'arbitraire tenaient lieu de droit.

  • « Au fil des siècles, le Liban a accueilli sur son sol plusieurs civilisations qui lui ont légué des vestiges archéologiques de première importance comme les temples de Baalbek, la citadelle de Byblos ou l'hippodrome de Tyr. J'ai voulu, à travers cet abécédaire, raconter ce qui constitue l'âme du Liban, loin de la politique et des querelles intestines, mettre en exergue son histoire, depuis les Phéniciens jusqu'à nos jours, décrire ses sites connus et méconnus, évoquer les personnalités qui l'ont visité et aimé, d'Alphonse de Lamartine à Ernest Renan, sans occulter les difficultés qu'il rencontre et ses contradictions. Kalil Gibran a écrit un jour : « Si le Liban n'était pas mon pays, je l'aurais choisi pour patrie. » Cette formule, je voudrais que chacun, en re­­fermant ce livre, puisse la faire sien­ne. »     A.N.

  • "La guerre du Liban a été pour moi un cauchemar, mais aussi - comment le nier ? - une école de vie. Hemingway disait que "toute expérience de la guerre est sans prix pour un écrivain". Je veux le croire. Sans la guerre, j'aurais été un autre homme. Toute ma vie, je regretterai sans doute de ne pas avoir eu une jeunesse paisible (j'avais huit ans quand la guerre a éclaté, vingt-trois lorsque le canon s'est tu).
    Mais ces regrets, ces épreuves, m'ont donné du bonheur un autre goût", Alexandre Najjar.

  • Mimosa

    Alexandre Najjar

    « Maman, Mama, Mimo, Mimo­sa...
    Je ne sais plus si c'est ainsi que j'en suis arrivé à t'appeler Mimosa, ce surnom qui te va si bien, toi la passionnée de plantes qui, l'été venu, veillais avec amour sur les rosiers du jardin. Peu à peu, ton surnom est devenu ton prénom.
    Tu me dis, Mimosa, que tu as tout oub­lié, que la guerre t'a volé ta mémoire. Je m'aperçois, quand je discute avec toi, que tes souvenirs sont intacts, mais qu'il faut aller les cher­­cher en profondeur pour les remonter à la surface - un peu comme des épaves. » Dans ce récit court, fait de souvenirs à la fois drôles et émouvants, Alexandre Najjar revient sur la figure de sa mère alors qu'elle vit ses derniers jours. L'enfance, l'éducation, la transmission, la guerre du Liban et bien sûr l'amour sont au coeur de ce livre au charme indicible.

empty